Dépistage

LE CANCER DU SEIN EST-IL FREQUENT ?
Le cancer du sein est le cancer à la fois le plus fréquent et le plus mortel chez la femme. Chaque année, en France, 54 000 cas sont détectés et près de 12 000 en décèdent.


QUELS SONT LES FACTEURS DE RISQUE ?

Le principal est l’âge. Près de 80% des cancers du sein se développent après 50 ans.
Certains antécédents médicaux personnels et familiaux de cancers ou maladies du sein peuvent entraîner un risque supérieur et nécessiter une surveillance spécifique. Parlez-en avec votre médecin généraliste ou gynécologue. Certains traitements hormonaux de la ménopause, une puberté précoce, une ménopause tardive, l’âge de la première grossesse et la durée d’allaitement peuvent également avoir une influence.
Nos modes de vie peuvent aussi jouer un rôle, tels que la consommation d’alcool et de tabac, un manque d’activité physique, un surpoids.


EN QUOI CONSISTE UN DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ?

Le dépistage du cancer du sein repose sur une mammographie (examen radiologique), associé à un examen clinique des seins. Il permet de détecter tôt une éventuelle anomalie ou un cancer , avant l’apparition de symptômes. Cette détection précoce augmente les chances de guérison.
La mammographie est prise en charge à 100% par votre caisse d’assurance maladie sans avance de frais. Si des examens sont proposés par votre radiologue, ils seront pris en charge dans les conditions habituelles de remboursement.


LE DEPISTAGE EST-IL FIABLE ?

Les installation de mammographie sont soumises à des normes strictes, destinées à renforcer la qualité des images et à limiter les risques liés aux rayons X. Ces installations sont contrôlées tous les 6 mois.
La seconde lecture des clichés, réalisée par un radiologue différent dans le cadre du programme de dépistage organisé, permet de détecter d’avantage de cancers : c’est le cas d’environ 6% d’entre eux.


POURQUOI SE FAIRE DEPISTER TOUS LES 2 ANS ?

Les études scientifiques ont montré que l’écart de 2 ans est un compromis qui présente les avantages de la détection précoce tout en limitant le risque de cancers de l’intervalle (cancers qui surviennent entre 2 dépistages) et de cancers radio-induits (la mammographie expose à des rayons X. Une exposition trop répétée peut, bien que rarement, entraîner l’apparition d’un cancer).

Entre chaque examen de dépistage, n’hésitez pas à consulter un médecin si vous remarquez des changements inhabituels de vos seins :

  • Apparition d’une boule, d’une grosseur dans le sein ou sous un bras,
  • Modification de la peau (rétractation, rougeur, oedème ou aspect de peau d’orange),
  • Modification du mamelon ou de l’aréole (rétractation, changement de coloration, suintement ou écoulement),
  • Changement de forme.

 

EN PRATIQUE
Le dépistage est organisé pour que chaque femme y accède dans les mêmes conditions de qualité sur tout le territoire.

1 – Le rendez-vous au centre de radiologie
Prenez rendez-vous avec un des radiologues agréés figurant sur la liste jointe à votre courrier d’invitation. Le jour du rendez-vous, apportez le courrier d’invitation, votre carte Vitale et les clichés de vos précédentes mammographies. N’hésitez pas à poser toutes les questions au radiologue ou au manipulateur avant ou après l’examen.

2 – Les examens
Le radiologue réalise une mammographie comportant 2 radiographies par sein. L’un après l’autre, vos seins sont placés entre 2 plaques qui se resserrent et les compriment pendant quelques secondes. Si vous portez des prothèses mammaires, des clichés spécifiques sont réalisés. Le radiologue examine également vos seins. Juste après l’examen, il vous délivre un premier résultat.

3 – Les résultats
Si les clichés de la mammographie et l’examen clinique ne montrent pas d’anomalie, par sécurité, une seconde lecture sera réalisée par un autre radiologue, dans un délai de 2 semaines.

Cas de figure n°1 : Aucune anomalie n’est détectée : vous serez invitée à renouveler cet examen dans 2 ans. C’est le cas majoritaire, pour 910 femmes sur 1 000.

Cas de figure n°2 : Une anomalie est détectée. Cela concerne 90 femmes sur 1 000. Dans la plupart des cas, il ne s’agit pas d’un cancer mais, par exemple, d’une simple anomalie beigne (kyste) ou suspecte. Selon les cas, une surveillance à court terme ou la poursuite d’examens pourra être nécessaire. A l’issue de ces examens, la conclusion la plus fréquente est qu’il n’y a pas de cancer. Plus rarement, un cancer peut être diagnostiqué : cela concernera 7 femmes sur 1 000. Chacune de ces femmes sera orientée par son médecin vers une équipe pluridisciplinaire spécialisée en cancérologie pour un traitement personnalisé, dont un appui psychologique.


LA RECOMMANDATION DES AUTORITES DE SANTE

Au vu de l’analyse des avantages et des limites, le dépistage du cancer du sein est recommandé aux femmes de 50 à 74 ans, tous les 2 ans

Histoire de Saint-Germain-Laval
Histoire de Saint-Germain-Laval Saint-Germain-Laval est un village atypique du sud Seine-et-Marne, situé aux confins de la Brie, constitué par la réunion d’une série de hameaux éloignés les uns des autres, autour d’un centre bourg qui lui a donné son nom. Pontville, ...

En 1 clic

Albums photos

Météo

Droits et démarches

Marchés publics

Comptes-rendus

TIPI

Menus

Contact

Pour recevoir toutes les infos de Saint-Germain-Laval

S'inscrire à la NEWSLETTER

Image newsletter