Retour sur la cérémonie du 11 novembre 2017

« Les événements qui nous réunissent ce jour ont eu lieu il y a 99 ans, jour d’automne où, dans la forêt de Compiègne, la fin des combats est signé entre les belligérants principaux de cette Première Guerre Mondiale, la France et l’Allemagne.

Pour la France, un simple chiffre : 27% des hommes entre 18 et 27 ans sont morts. C’est dire que peu de familles ont été épargnés par ces quatre années. Et pourtant : comme ils étaient heureux, ces mobilisés de l’an 14 ! Heureux d’aller reprendre l’Alsace et la Lorraine et de venger leur pays de l’humiliation de 1870. Comme ils ignoraient la peur !

Un départ de soldats, c’est toujours moins tragique d’un retour du front, même pour les plus chanceux apparemment indemnes.

Nous sommes la dernière génération à avoir entendu le récit de cette guerre de ceux qui l’ont faite.

Que signifiera-t-elle dans 50 ans ? Au début du 21ème siècle, il faut s’interroger clairement et sans tabou sur la valeur, l’utilité, la symbolique de ce jour sans école pour les enfants. La réponse est assez simple : montrer ce que des citoyens ont pu faire pour conserver leurs institutions, leurs coutumes, leurs lois en allant jusqu’au bout de la souffrance, au bout du courage, au bout du sacrifice.

Commémorer, c’est faire de l’éducation civique, de la pédagogie citoyenne. La France n’est rien sans ce que les français ont en commun : l’histoire d’un pays c’est le ciment de son unité. Durant ces quatre années, les français se sont appliqués à rester unis. Jamais les divers groupes qui forment ce que l’on appelle les français, n’ont autant oublié les raisons qui, depuis des siècles, les poussaient à la dissidence, à la division, à la rancune.

Le 11 novembre c’est la fête de la France unie, la fête de la volonté d’un peuple de résister, la fête des hommes qui se battent pendant que leurs femmes font tourner les usines, la fête de chaque famille amputée d’un ou de plusieurs de ses membres pour la liberté de demain, c’est-à-dire notre liberté d’aujourd’hui.

Le 11 novembre enfin, c’est le souvenir de l’immense souffrance de nos grands-parents qu’on a envoyé par milliers conquérir des morceaux de collines, des bouts de paysages, des lopins de serres éventrés parfois pour rien !

Gloire à jamais au Poilu de la Grande Guerre qui a sauvé la France. Que son exemple soit toujours présent à l’esprit de ses descendants. C’est au nom de cet homme, de tous les hommes, qu’il s’agit par simple amour de la vie d’en garder la mémoire. Et tous les ans, un jour n’est pas de trop pour faire vivre un souvenir comme celui-là. »

 

Marie-Claude de SAINT LOUP, Maire

Histoire de Saint-Germain-Laval
Histoire de Saint-Germain-Laval Saint-Germain-Laval est un village atypique du sud Seine-et-Marne, situé aux confins de la Brie, constitué par la réunion d’une série de hameaux éloignés les uns des autres, autour d’un centre bourg qui lui a donné son nom. Pontville, ...

En 1 clic

Albums photos

Météo

Droits et démarches

Marchés publics

Comptes-rendus

TIPI

Menus

Contact

Pour recevoir toutes les infos de Saint-Germain-Laval

S'inscrire à la NEWSLETTER

Image newsletter